Voici le dernier épisode de la rétrospective 2007 de la Formule 1. Après avoir résumé les 15 premiers GP de la saison, les affaires d’espionnage, on va voir les deux derniers GP de cette saison 2007 complètement folle : le GP de Chine et le GP du Brésil.

EPISODE 8 / 8 : Hamilton craque en fin de championnat, Raïkkönen grille tout le monde sur le poteau final

Shanghai, 6 Octobre. En ce samedi 6 Octobre, tous les regards sont tournés vers Lewis Hamilton. Le meilleur rookie de tous les temps de la F1 est à deux doigts d’être sacré champion du monde à seulement 22 ans. Son père, Anthony, gère sa carrière d’une main de maître et tout est prévu pour le sacre. Mais le vieil adage : « il ne faut pas tuer la peau de l’ours avant de l’avoir tué » est là pour rappeler que l’on est champion quand mathématiquement ses concurrents ne peuvent plus le rejoindre en tête. Et Alonso est à 12 points et Raïkkönen à 17.

La qualification tourne largement à l’avance du jeune Britannique qui se prépare un week-end de rêve. S’il gagne la course, il est champion. Il réalise la pole en 1’35’’908, devant Raïkkönen (1’36’’044). Alonso est seulement 4e, juste derrière Massa (3e). Les deux McLaren et les deux Ferrari monopolisent encore les deux premières lignes. C’est une habitude en 2007. Pour les Renault, c’est l’effondrement. Malgré son premier podium de l’année la semaine d’avant au Japon, Renault n’arrivera pas à mettre l’une de ses voitures dans le top 10. Kovaleinen part 13e et Fisichella 18e. C’est la Berezina après deux saisons fastes en terme de titres, et de victoires.

Le lendemain, en ce dimanche 7 octobre. La pluie est à nouveau présente sur le circuit. Mais elle est très faible et les pilotes doivent faire des choix très compliqués. C’est un peu la loterie. La pluie a cessé, mais la piste est un peu humide. Hamilton part très bien, tout comme Raïkkönen. Alonso, lui, reste à la 4e place derrière Massa. La course va s’animer à la moitié du parcours. Raïkkönen, et plusieurs autres pilotes restent en pneus intermédiaires alors que ceux qui montent les pneus secs vont 7 à 10 secondes plus vite. Et c’est le cas de Kubica. A ce moment-là, Hamilton est menacé par Raïkkönen. Après plusieurs tentatives condamnées à cause des drapeaux jaunes, Raïkkönen réussit le dépassement parfait sur Hamilton qui commence à dégrader sérieusement ses pneus. Le comble pour lui, qui doit être titré sur ce GP, c’est que personne ne lui dit de rentrer au stand alors que son pneu arrière droit commence à partir en lambeaux. Il fera 4 tours de plus, et donc 4 tours de trop. Et l’erreur, l’énorme erreur arrive dans l’entrée des stands. Il va trop vite et atterrit dans le bac à graviers. En fait, il a perdu l’adhérence sur une plaque d’eau et la voiture est allée dans le bac à sable. Et comme d’habitude, la voiture s’enlise. Hamilton aura beau demander aux commissaires de venir le pousser. La course est terminée pour lui et il sort de sa voiture. Triste sortie de piste et là, tout le monde se dit que le titre s’est joué ici au 30e tour de la course. Hamilton va donner une chance incroyable à Alonso et à Raïkkönen pour la course au titre.

Mais après l’abandon de Hamilton, c’est Kubica qui a pris la tête du GP avec des pneus secs mais la malchance va frapper au 34e tour. Kubica n’a plus de boîte de vitesse. C’est fini pour lui. Il est dépité et met les mains sur le devant de sa voiture. Incroyable GP. Ensuite, Raïkkönen reprend le commandement et il ne lâchera pas une nouvelle victoire : la 5e de la saison et peut-être la plus précieuse de sa carrière. Lui, qui a toujours raté ses fins de saison, lorsqu’il jouait pour le titre en 2003 et en 2005, a une petite chance encore d’être titré au Brésil, à Sao Paolo 15 jours plus tard. Alonso lui, termine 2e à 10 secondes. Et Massa complète le podium en finissant 3e, à 13 secondes de son coéquipier. Derrière, Vettel créé la surprise en finissant avec sa Toro Rosso à la 4e place mais à 53’’5 du vainqueur du jour.

Au classement, avant le dernier GP de la saison, Hamilton compte 107 points, soit 4 points d’avance sur Alonso (103 pts) et 7 points sur Raïkkönen (100 pts). Le titre va se jouer entre les trois pilotes lors de l’ultime épreuve.

Sao Paolo, 20 Octobre. 3 hommes pour une seule couronne. Lewis Hamilton, 22 ans, réalise une première saison en F1 de rêve. Il a gagné 4 GP et il est en tête depuis le GP du Canada, le jour où il a gagné son premier GP de sa courte carrière. Alonso, le tenant du titre, est très mal chez McLaren mais il peut encore devenir champion du monde. Un troisième titre d’affilé en ayant changé d’écurie serait un exploit. Et enfin, le malchanceux Raïkkönen, qui arrive chez Ferrari, peut aussi devenir champion du monde.

Qualification sous hautes tensions. Et la surprise vient du fait que c’est Felipe Massa, qui chez lui, réalise la pole position alors qu’il n’est plus en course pour le titre. Il va donc être un allié précieux pour Kimi Raïkkönen. Il réalise le chrono parfait en tombant sous la barre de la minute 12 sur un tour (1’11’’931). Deuxième, Lewis Hamilton, qui est en tête du championnat et qui a toutes les cartes en main pour être champion lors de sa première saison. 3e, le Finlandais Kimi Raïkkönen qui n’a rien pu faire face à Hamilton. Et ensuite, 4e Alonso qui était en deçà des performances de son coéquipier et des Ferrari. Le combat s’annonce donc très chaud et le premier qui fera une erreur ne sera pas champion du monde.

18h00 en Grande-Bretagne, et en Espagne. Tous les supporters de Hamilton et d’Alonso se réunissent pour suivre le dernier GP de la saison et ils attendent le sacre de leur compatriote. La presse britannique et la presse espagnole se sont affrontées violemment depuis le début de l’été et cela va être l’apothéose au soir de ce 21 octobre. A Sao Paolo, il est 13 heures quand le tour de chauffe est lancé. Massa joue le rôle d’arbitre dans ce final à trois. La dernière fois qu’il y a eu trois pilotes en 7 points lors du dernier GP de la saison, c’était en 1986 et Alain Prost était dans la situation de Raïkkönen. Il avait 7 points de retard sur Mansell et sur Nelson Piquet. Et au final, il avait gagné la course et ses concurrents avaient été très mal classés. Raïkkönen espère refaire ce même exploit.

13h02 à Sao Paolo. Le départ est donné. Les conditions météo sont parfaites et les pilotes vont s’affronter sur une piste sèche. Et la guerre entre les deux coéquipiers de chez McLaren commence dès le premier virage. Raïkkönen réussit à dépasser Hamilton. Hamilton veut à tout prix conservait la 3e place mais malheureusement pour lui, il est sur la partie glissante et Alonso le dépasse sans problème. A la fin de la longue ligne droite, Hamilton veut repasser mais il freine trop tard et il se retrouve hors de la piste. Il repartira 8e. Nouvelle erreur d’Hamilton qui lui coûte très cher. Il n’est plus à ce moment-là en tête du championnat du monde. C’est Alonso qui est devant. Mais cela ne va pas durer longtemps car Hamilton remonte plusieurs places et il est à nouveau en tête provisoirement du championnat. Il était 4ème. Mais le drame arrive au 7e tour. Hamilton est au ralenti au début du deuxième partiel. Tout le monde pense qu’il va abandonner sur problèmes mécaniques. L’ennui, c’est qu’il a mis sa voiture au point mort et donc son moteur s’est mis en arrêt. Le temps de relancer la machine et Hamilton glisse à la 18e place. Le titre est définitivement perdu pour le Britannique. Alonso qui est toujours 3e, est virtuellement champion du monde. Et cela va durer du 8e au 22e tour. Raïkkönen réussit à prendre le commandement du GP après avoir fait une bonne stratégie dans les arrêts au stand. Il a donc pris l’avantage sur son coéquipier Massa qui contrôle la deuxième place. Ayant trois points de retard sur Alonso, Raïkkönen doit finir premier et l’espagnol 3e et il sera titré. Raïkkönen prend la tête au 50ème tour après le second ravitaillement. Et il file vers son premier titre. Alonso ne pourra rien faire. Mais attention, Hamilton prépare sa remontée et il rentre dans les points à quelques tours de la fin du GP. La tension est à son comble et à la fin de ce 71e tour, Raïkkönen lève les deux points en signe de victoire. Il gagne encore un GP et il attend qu’on lui donne la position d’Hamilton. Il est 14h30 au Brésil, 19h30 en France. Hamilton finira 7e de la course. Il perd le titre pour un petit point. Hamilton a perdu le titre d’une façon incroyable. Et c’est surtout Raïkkönen qui a arraché ce titre d’une manière extraordinaire. Qui aurait pu imaginer qu’avec 17 points de retard à deux GP de la fin, Raïkkönen allait être sacré avec un petit point d’avance sur les deux McLaren.

Au final, Raïkkönen termine la saison avec 110 points, Hamilton et Alonso (égalité tous les deux mais Hamilton a fait plus de podiums que l’espagnol) avec 109 points chacun. Mais à la fin de l’après-midi, une réclamation est portée par McLaren-Mercedes qui souhaite le déclassement des Williams et des BMW pour essence non-conforme. Comme les deux BMW et une Williams sont arrivés devant Hamilton, leur déclassement pourrait faire grimper Hamilton à la 4e place et ainsi il serait sacré. Mais la FIA refusera cette demande et Raïkkönen est officiellement champion du monde de F1 en 2007.

Ferrari et Kimi Raïkkönen sacrés, c’est la fête en Finlande et en Italie. Malheureusement, McLaren qui avait toutes les cartes en main a tout perdu et cela très bêtement.

Alonso lui, va quitter McLaren-Mercedes pour retourner chez Renault au mois de décembre. Une nouvelle affaire d’espionnage avait secoué le monde de la F1. Renault possédait des documents confidentiels sur la McLaren 2007. Mais Renault a été considéré comme coupable mais elle n’a pas été condamnée. Donc Alonso a pu signer chez Renault. Les deux coéquipiers ennemis se séparent après une seule année de collaboration.

Voilà pour cette rétro en 8 parties. Dans les prochaines semaines, vous aurez un panorama complet de la saison 2008 qui commence le 19 mars avec le GP d’Australie et avec la Ferrari de Raïkkönen avec le n°1.