Voici le cinquième épisode de la rétrospective de la saison 2007 de F1. Après avoir vu les deux victoires d’affilé de Raïkkönen en France et en Angleterre, on va suivre les deux GP suivants : GP d’Europe et GP de Hongrie.

EPISODE 5 / 8 : McLaren dans la tourmente : entre espionnage et guerre des pilotes

Nurburgring, 21 Juillet. Raïkkönen arrive au Nurburgring en grande forme après avoir dominé les deux derniers GP. Et cela se confirme après les qualifications car il décroche la pole position avec un chrono de 1’31’’450. Il termine devant Alonso, deuxième avec un 1’31’’741 et Massa, troisième n’est qu’à 37 millièmes de seconde de l’espagnol. Mais où est donc passé Hamilton ? Et bien, Hamilton va connaître la première frayeur de sa carrière lors des qualifs. En Q3, il reste seulement 5 minutes quand Hamilton se lance pour un tour rapide. Alors qu’il aborde un virage rapide, son pneu explose et il perd le contrôle de sa F1. Il termine sa course dans un mur de pneus. En caméra embarquée, on le voit secouer les jambes très vite. Il essaye de sortir de sa voiture mais il s’effondre quelques secondes plus tard. La peur s’installe et la séance est bien évidemment suspendue. Les secours arrivent pour l’aider et ils l’emmènent pour un examen de routine. Hamilton avant d’entrer dans l’ambulance en civière lève le pouce pour signaler qu’il va bien. Le lendemain, à 10 heures, il aura le feu vert des médecins pour prendre la course.

13h57, à trois minutes du départ. Le ciel commence à devenir menaçant sur la grille de départ et là, un message apparaît sur toutes les télévisions du monde entier : « pluie dans 4 minutes ». C’est-à-dire une minute seulement après le lancement du tour de formation. Le départ a lieu et au premier virage la pluie commence à tomber très fort. Des trombes d’eau s’abattent sur les concurrents. Ils doivent donc tous s’arrêter pour mettre des pneus pluie. Plusieurs pilotes vont rater la chicane avant les stands. La confusion s’installe et Raïkkönen qui était leader s’engage dans la voie des stands, mais il va trop vite, et il glisse de l’autre côté de la piste et il se retrouve sur la piste. Il est donc obligé de faire un autre tour pour s’arrêter. Grave erreur qui lui fera perdre toute chance de bien figurer dans ce GP. Il mettra trois minutes pour faire un tour supplémentaire. Et il se fera même doubler par Winkelhock qui pour son premier GP avec une Spyker va prendre la tête durant quelques tours. Mais pourquoi est-il en tête ? Et bien, car il est parti des stands lors du départ et avec des pneus pluie. Il n’a donc pas eu à s’arrêter à la fin du premier tour.

Dans le premier virage, la pluie tombe très fort et Liuzzi part en aquaplanning et finit dans les graviers. Ensuite, Sutil, Button, Rosberg et Hamilton partent également à la faute et sont dans le bac à graviers. La voiture de sécurité sort enfin après trois tours et elle a failli être percuté de plein fouet par la voiture de Speed qui part en tête-à-queue dans le même premier virage. Speed est à deux doigts de percuter le tracteur qui va remorquer Hamilton et le remettre sur la piste alors que les 5 autres voitures vont abandonner. Incroyable.

La course est finalement suspendue et Winkelhock se place sur la première place de la nouvelle grille de départ. Seulement 4 minutes plus tard, le soleil ressort et le ciel est blanc. Incroyable. Qui aurait cru qu’il était tombé des trombes d’eau quelques minutes avant. Le nouveau départ a lieu et Winkelhock ne fait pas illusion longtemps. Massa et Alonso le dépassent très vite et ils vont s’affronter durant tout le GP. Massa dominera pendant les 55 premiers tours. Mais à 5 tours de la fin, la pluie recommence à tomber de plus belle et Alonso attaque Massa qui après l’avoir touché deux fois, ne peut rien faire et Alonso gagne le GP. Cette manœuvre donnera lieu à une vive explication entre les deux pilotes à l’arrivée, avant le podium. Alonso fait une excellente opération puisque Hamilton ne termine pas pour la première fois sur le podium et ni dans les points. Il classe seulement 9e à un tour des deux leaders. Raïkkönen, lui, abandonne sur problème hydraulique au 35e tour.

Au classement pilotes, Alonso revient à seulement deux points de son coéquipier Hamilton. Massa, lui, reprend les devants sur son coéquipier Raïkkönen (7 points d’avance). Raïkkönen cède à nouveau du terrain sur Alonso (il se retrouve à 16 points de l’espagnol).

Budapest, 4 Août. Le climat va vite tourner à l’orage durant ce week-end hongrois. Le premier acte a lieu lors des qualifications. Et les deux pilotes McLaren ne seront plus amis à la fin de la séance. Début de la troisième séance, Hamilton, comme d’habitude sort le premier et se met le premier devant le feu de la voie de sortie des stands. Alonso est derrière lui. Le feu passe au vert et Alonso doit, selon les stratégies de McLaren prendre la première place du peloton pour tirer profit des pneus très tendres qu’il a sur sa voiture. Mais Hamilton refuse de le laisser passer et Alonso va commencer à s’énerver. C’est alors qu’il va décider, avec Ron Dennis de jouer un tour à Hamilton. Il reste 2 minutes 30 dans la dernière séance de qualif, et Alonso s’arrête en premier pour mettre des pneus tendres pour son dernier essai pour arracher la pole position. Son coéquipier Hamilton arrive derrière lui et il attend qu’Alonso est terminé pour pouvoir lui aussi changer de pneus et repartir pour réaliser son dernier tour de qualif. Mais Alonso va attendre devant le stand durant plus d’une minute et alors que la sucette du mécanicien est levé, il va attendre 30 bonnes secondes avant de repartir. Il ne reste qu’une minute 30 pour Hamilton pour changer ses pneus et faire un tour de chauffe pour réaliser ensuite son dernier tour mais il rejoint la ligne de départ trop tard et il ne peut donc réaliser son dernier tour. Alonso, de son côté, a réussi son coup et il prend la pole à son coéquipier. Hamilton est furieux et il discute très durement avec Ron Dennis. Il le prévient que si cela se reproduit une autre fois, il s’en ira de McLaren. Dennis est fou de rage. Mais Anthony Hamilton ne veut pas en rester là et lui qui défend les intérêts de son fils, va porter réclamation à la FIA et Alonso va être disqualifié de 5 places pour avoir empêché Hamilton de pouvoir réaliser son dernier tour de qualif. Hamilton récupère donc la première place sur tapis vert. Alonso est fou de rage. Et cela aura son importance pour l’affaire d’espionnage entre McLaren et Ferrari. McLaren a été blanchi lors d’un premier jugement en juillet par la FIA. Ferrari n’avait pas assez de preuves pour accuser McLaren d’espionnage. En effet, Nigey Stepney, ingénieur chez Ferrari, décide de donner un document confidentiel de plus de 700 pages à Mike Couglan, qui est ingénieur chez McLaren Mercedes. Bref, Ferrari s’en rend compte et décide de porter plainte contre McLaren et contre son employé et celui de McLaren. Mais à McLaren, on jure que personne n’était au courant de cette affaire à part Couglan et que les informations ne sont pas parvenu aux membres de l’équipe McLaren. On y reviendra dans le 7ème épisode de la rétro. Bref, Alonso partira donc 6ème. Les Ferrari, elles, ne sont pas très en forme. Raïkkönen partira deuxième après déclassement d’Alonso. Mais Massa, lui, va avoir des problèmes de pneus et partira seulement 14e de la course.

Le lendemain, la course va se dérouler avec un duel entre Raïkkönen et Hamilton. Mais Hamilton va donner toute la course et il gagne son troisième GP de sa carrière. Il finira juste devant Raïkkönen qui termine à seulement 7 dixièmes de secondes d’Hamilton. Alonso, sanctionné, aura beaucoup de mal à rejoindre les des leaders et il finira au pied du podium à la quatrième place. Massa, lui, c’est encore pire. Englués dans le trafic, il ne pourra pas remonter et au final il finira à une petite 12e place.

Au classement des pilotes, Hamilton reprend de l’avance sur Alonso. Il compte 7 points d’avance (80 points à 73). Raïkkönen reprend la troisième place avec 1 petit point d’avance sur son coéquipier Massa (60 points à 59). Raïkkönen est donc à 20 points du leader Hamilton au soir du GP de Hongrie et avant les vacances d’été. Trois semaines où les pilotes ne vont pas rouler même en essais privés. C’est relâche.

Au classement des constructeurs, McLaren est en tête avec 138 points contre 119 à Ferrari. A noter que McLaren n'a pas marqué de points en Hongrie suite à la décision de pénaliser l'écurie à cause du blocage d'Hamilton par Alonso dans la voie des stands. McLaren fera appel de cette décision mais celle-ci sera maintenue.

Prochain épisode de la rétro très prochainement avec le résumé des deux GP suivants : GP de Turquie et GP d’Italie. A bientôt. N’oubliez pas que vous pourrez suivre toute la saison 2008 sur le blog avec en février un point sur toutes les écuries et les pilotes. Soyez au rendez-vous.