La saison 2007 de Formule restera dans l'histoire comme la saison la plus passionnante et la plus serrée de l'histoire. 4 pilotes ont raflé toutes les courses de la saison. Et ses pilotes étaient dans deux écuries différentes : Ferrari et McLaren-Mercedes. La saison a été folle de bout en bout marqué par des affaires d'espionnage qui ont terni un peu le spectacle et le titre surprise de Kimi Raïkkönen. Pour cette troisième partie, nous allons revenir sur la montée en puissance d'Hamilton qui commence sa domination sur Alonso avec le GP de Monaco et les GP nord-américains (Canada et Etats-Unis).

Episode 3 / 8 : Hamilton prend les commandes, Alonso craque alors que Ferrari a le doute.

Monaco, 26 mai. L'arrivée à Monaco est mitigée : Kimi Raïkkönen, après son abandon en Espagne commence à perdre du terrain sur ces trois concurrents. Hamilton, lui, est le meilleur rookie de tous les temps avec 4 podiums lors des quatre premiers GP de sa carrière. Alonso, lui, commence à sentir que son coéquipier ne sera pas facile à battre.
Les qualifications vont se dérouler parfaitement bien pour les Deux Flèches d'Argent. Alonso domine les trois séances de qualif et il prend la pole-position comme l'année dernière (après la disqualification de Michaël Schumacher soupçonné de s'être arrêter dans le dernier virage pour gêner l'Espagnol qui avait le meilleur temps après les deux premiers partiels). Alonso fait un temps de 1'15''726. Deuxième, son jeune coéquipier Hamilton finit à moins de deux dizième. Le duel risque d'être passionnant alors qu'Hamilton prend de plus en plus confiance en lui après un début de saison quasi-parfait. Il ne manque qu'une victoire pour compléter son tableau de chasse.
Derrière, Massa a réussi à mettre sa Ferrari troisième. Il termine à moins d'un centième d'Hamilton. La bagarre risque d'être serrée mais il est très difficile de doubler à Monaco, tracé en ville et très étroit. Mais où est Raïkkönen? Les ennuis continuent pour le Finlandais qui a l'impression de revoir le cauchemar de ses années chez McLaren où après avoir bien démarré la saison, il connaît plusieurs problèmes techniques. Mais là, il a fait une erreur dans le virage de la Piscine en début de deuxième séance et il doit partir 16ème sur la grille de départ. Fera-t-il une remontée spectaculaire à la Schumacher?

Le lendemain, la course se déroule sous un beau soleil. Alonso domine la course de bout en bout. Hamilton ne peut absolument rien faire face à l'Espagnol qui apprécie de plus en plus le tracé monégasque. Alonso gagne cependant le GP de Monaco avec seulement 4 secondes d'avance sur son coéquipier anglais. Derrière, rien de bien passionnant. Massa termine troisième mais il finit à presque 1 tour des deux McLaren-Mercedes: plus d'une minute de retard à l'arrivée.
Ensuite, les places n'ont pratiquement pas évolué par rapport à la grille de départ sauf pour Raïkkönen qui ramène un point de Monaco après être parti 16ème. Il a fait ce qu'il a pu sur un circuit où il est pratiquement impossible de doubler. Il perd encore des points précieux sur Hamilton, Alonso et Massa son coéquipier. Tout le monde prédit que Raïkkönen va rouler pour Massa pour que le pilote puisse être sacré champion. Mais Jean Todt dément tout de suite ses informations : Raïkkönen et Massa sont sur un pied d'égalité.
Au classement au soir de Monaco, Alonso revient sur son coéquipier et il est égalité avec lui en nombre de points (38 chacun) mais il est en tête car il compte deux victoires alors qu'Hamilton n'en compte aucune. Massa est distancé petit à petit (5 points de retard) mais Raïkkönen est déjà très loin (15 points de retard après 5 GP). Seul Raïkkönen et l'équipe Ferrari croient à son retour dans la course au titre pilote.

Montréal, 9 Juin. L'ambiance est chaude à Montréal. Les deux coéquipiers de McLaren commencent à s'affronter. La presse britannique, toute fière d'avoir un nouveau prodige après la déception de Jenson Button, et la presse espagnole qui soutient à 300% son champion Alonso, commencent les hostilités. Lors de la séance de qualifications au Canada, même scénario qu'à Monaco quinze jours auparavant. Mais cette fois, c'est Hamilton qui réalise la pole position avec un temps de 1'15''707. Son coéquipier n'est pas descendu en dessous de la barre des 1'15. 4 dizièmes séparent les deux hommes. La course risque d'être un duel entre les deux McLaren comme à Monaco. Raïkkönen, lui, commence à se rassurer en décrochant le troisième temps. Mais il est à trois dizièmes d'Alonso, et à 6 dizièmes d'Hamilton. Les Ferrari auront du mal surtout que Massa s'est fait doubler par Heldfeld sur sa BMW. Massa partira 5ème à pratiquement une seconde d'Hamilton.

Le course qui se déroule en ce 10 juin est l'une des plus folles de la saison et les organisateurs vont vite être dépassés par les événements.
Premier incident : accrochage entre Speed et Button. La voiture de sécurité rentre en piste pour la première fois de la saison. Et le nouveau réglement se met donc en place. Il est dorénavant interdit aux pilotes de rentrer au stand lors du premier tour de la Safety Car. Mais certains n'ont pas bien intégré ce principe et c'est le cas de Massa et de Fisichella. Les deux pilotes entrent dans les stands avec Kubica. A la sortie des stands, le feu est au rouge, comme le veut le nouveau réglement. Kubica s'arrête donc sagement au feu rouge en attendant le feu vert. Alonso et Rosberg sont rentrés dans les stands alors que la voie étaient fermés mais ils sont resortis au vert. Bref, petits problèmes avec le réglement et on voit Massa et Fisichella doubler dans les stands Kubica et ils grillent tous les deux le feu rouge.
Deuxième incident : Il est 13h35 heures locales, 19h35 en France. Les voitures abordent le 27ème tour. La voiture de sécurité vient tout juste de rentrer dans les stands. Les images nous montrent la caméra embarquée de Fernando Alonso qui est déjà parti plusieurs fois à la faute et ceci dans le premier virage. Il a des difficultés d'équilibre avec sa voiture depuis le début de la course. Image d'après, une voiture complètement pulvérisé finit sa course dans le rail. Que s'est-il passé? C'est la BMW de Robert Kubica qui s'immobilise sur le côté de la piste. La plupart des commentateurs ont tout de suite en tête l'accident de Senna le 1er mai 1994. Mais ils vont avoir très peur en revoyant les premiers ralentis. Alors qu'il est à plus de 280 km/h, Kubica entre en contact avec Trulli et son aileron avant s'enlève. La voiture est alors incontrôlable et elle vient percuter de plein fouet le mur en béton qui se trouve à quelques mètres de la piste. Sous la violence du choc, la voiture est balançée de l'autre côté et elle part en tonneaux en repassant sur la piste alors que des F1 continuent de passer. Les secours arrivent très vite. La voiture de sécurité officielle est perdue. Elle ne sort pas tout de suite. Les pilotes ne savent pas trop quoi faire. La direction de course décide de continuer le GP. Après plus de 20 minutes de safety car, Kubica est évacué vers l'hôpital du circuit pour des examens. Finalement, il s'en sortira seulement avec une entorse au pied. Plus de peur que de mal pour lui.
Troisième incident : les pénalités après l'intervention de la voiture de sécurité et Alonso et Rosberg ont le droit à une pénalité de 10 secondes pour être rentré dans la voie des stands alors que c'était interdit et trente tours après avoir grillé le feu rouge de la sortie de la voie des stands, Massa et Fisichella sont disqualifiés (drapeau noir). Pendant ce temps, Hamilton continue de dominer le GP et Alonso continue de faire des erreurs. Il va même finir par se faire doubler par la voiture de Sato. Une Super Aguri double une McLaren, une première dans l'histoire.

Au final, Hamilton gagne son premier GP de sa carrière dans la confusion. Mais les bonnes nouvelles de l'état de santé de Kubica rassure tout le paddock et Hamilton peut savourer sa première victoire en Formule 1. Derrière, Heidfeld monte sur le podium et fait un beau cadeau de rétablissement à Kubica son coéquipier. Troisième, pour compléter ce podium, Alexander Wurz avec sa Williams. L'Autrichien décroche un nouveau podium après plusieurs années sans courir.
Alonso, lui, termine seulement 7ème derrière Sato et surtout derrière Raïkkönen qui a fait une course plutôt tranquille avec tous les accidents qui ont eu lieu (5ème). Renault sauve les meubles avec Kovalaïnen qui termine 4ème.

Au classement, Hamilton prend seul la tête du championnat du monde pour la première fois de sa jeune carrière. Il a réalisé le week-end parfait.

Indianapolis, 16 juin. Une semaine après le spectaculaire GP du Canada, Robert Kubica est absent de ce GP. Les médecins de la FIA veulent être prudent avec lui six jours seulement après son très impressionnant accident. Hamilton est de plus en plus confiant. Il a 6 GP de Formule 1 dans les pattes et il a 6 podiums dont une victoire au Canada. Alonso commence à s'inquiéter d'Hamilton. Le jeune pilote prend de plus en plus d'importance et la presse anglaise est derrière lui.
Les qualifications montrent encore une fois que les McLaren prennent le dessus sur les Ferrari. Les Ferrari qui avaient réalisés 4 poles d'affilées (3 pour Massa, et 1 pour Raïkkönen) commencent à se faire distancer. Hamilton réalise une nouvelle pole position et continue d'impressionner le monde de la Formule 1. Alonso est deuxième encore une fois avec un peu moins de deux dizième d'écart avec son coéquipier.
Les Ferrari réussissent enfin à monopoliser la deuxième ligne. Aucun souci pour Raïkkönen qui part 4ème et pour Massa qui domine Raïkkönen depuis la Malaisie. Derrière, Vettel, qui remplace Kubica réalise le 7ème temps.

La course se déroule sous un bon climat. Les Américains sont nombreux à venir malgré l'échec de l'édition 2005 où seulement six voitures avaient couru (cela était du aux pneus Michelin qui n'étaient pas assez résistant). Hamilton va se bagarrer pendant toute la course avec son coéquipier. Alonso tente le tout pour le tout. Il prend l'aspiration mais Hamilton résiste comme un beau diable. L'énervement d'Alonso va commencer et Hamilton va résister superbement à la pression du double champion du monde en titre. L'ambiance chez McLaren entre les deux pilotes va commencer sérieusement à se détériorer à partir de ce GP. Hamilton remporte son deuxième GP de suite et il augmente son avance au championnat du monde des pilotes. Alonso, deuxième, est très énervé par les méthodes d'Hamilton pour rester devant. Mais le combat est le combat et Hamilton n'a rien lâché. Alonso pensait certainement tombé sur un petit agneau sans défense et il se retrouve avec un lion contre lui. Le taureau des Asturies commence à s'inquiéter pour le titre mondial. Mais rien n'est jamais joué dans un championnat du monde. Derrière les deux McLaren, Massa complète le podium et Raïkkönen termine quatrième. Il perd encore de précieux points face à ses adversaires.

Au classement, après les deux GP nord-américains, Hamilton est largement en tête avec une victoire d'avance (10 points) sur Alonso son coéquipier. Massa est troisième à 9 points d'Alonso et à 19 points d'Hamilton. Raïkkönen s'accroche comme il peut à la quatrième place avec déjà 26 points de retard. Tout le monde pense qu'il va rouler pour Massa à partir du GP de France. Jean Todt continue de démentir cette information.

La suite, dans le week-end, avec le quatrième épisode et le réveil tonitruant de Kimi Raïkkönen et le début de l'affaire d'espionnage qui va empoisonner la Formule 1 durant tout l'été.